Réussir ses partiels de droit : 5 conseils pour gagner des points !

réussir ses partiels

Comment réussir ses partiels lorsque l’on est étudiant en droit ?

Si vous êtes étudiant en droit, vous avez probablement du mal à faire décoller vos notes.

Peut-être que vous n’avez pas la moyenne, ou peut-être que vous avez des notes tout juste au-dessus de la moyenne.

Et c’est tout à fait normal. Les études de droit sont difficiles, et peu d’étudiants en droit réussissent à avoir de bonnes notes.

Particulièrement aux partiels, il n’est déjà pas évident d’avoir la moyenne, alors avoir 12, 13, 14 ou plus… Ça peut paraître insurmontable pour certains d’entre vous, et je comprends tout à fait.

Pourtant, il est possible d’obtenir de bonnes notes, et même d’excellentes notes à ses partiels !

J’ai moi-même obtenu à plusieurs reprises des notes supérieures à 15/20 à mes partiels.

Il faut d’abord comprendre ce que le correcteur attend de vous, et ne pas commettre les erreurs qui sont commises par 80% des étudiants en droit.

Mais il existe également des petites astuces, des choses à faire pour grappiller les quelques points qui séparent une note un peu au-dessus de la moyenne d’un 15/20.

Dans cet article, je vais vous donner 5 conseils pour réussir ses partiels de droit.

Bien entendu, pour réussir ses partiels, il faut avant tout les avoir bien révisé ! Pour cela, vous pouvez consulter mon article dans lequel je donne mes 5 meilleurs conseils pour bien réviser ses partiels de droit.

Par ailleurs, si vous voulez des conseils pour apprendre rapidement et efficacement vos cours, je vous renvoie à mon article sur le sujet : Comment apprendre ses cours plus rapidement ?

Ceci étant dit, on peut commencer tout de suite avec le premier conseil pour réussir ses partiels 😉

 

Conseil n°1 pour réussir ses partiels : Revoir le plan du cours juste avant l’examen

J’ai utilisé cette technique à de très nombreuses reprises pendant mes études de droit, et elle m’a souvent beaucoup aidé.

J’en avais déjà parlé dans mon article dans lequel j’explique comment réussir ses oraux en droit, mais cela vaut également pour les examens écrits.

Attention ! Je précise bien que je parle ici de revoir le plan de votre cours, et non pas la totalité du cours.

En réalité, pour réussir ses partiels de manière générale, il faut impérativement connaître le plan des cours.

D’abord parce que c’est en connaissant le plan du cours que vous en comprendrez réellement la structure, ce qui est important et ce qui ne l’est pas, les liens et les oppositions qui existent entre les différentes notions de votre cours…

Ensuite parce que connaître le plan du cours va vous aider à classer/hiérarchiser/segmenter les différentes informations contenues dans votre cours. Et cela vous aidera grandement au moment du partiel quand il vous faudra fouiller dans votre mémoire pour vous rappeler de ce que votre cours disait sur telle ou telle notion.

C’est pourquoi je vous recommande de revoir le plan de vos cours juste avant vos partiels, par exemple le soir juste avant l’épreuve (idéal pour la mémorisation), le matin pendant votre petit-déjeuner, ou même dans les transports pour aller à la fac…

De cette manière, vous aurez bien en tête les différentes subdivisions du cours, et vous serez donc en mesure de structurer votre devoir de la bonne façon. Et vous vous assurez également, par exemple dans le cas d’une dissertation, de ne pas faire un hors sujet, ou de ne pas oublier un point extrêmement important pendant l’épreuve.

Même dans le cas d’un commentaire d’arrêt, il est toujours intéressant de connaître la structure du cours. Cela permet de pouvoir situer dans le cours l’arrêt à commenter, et d’être plus à même de comprendre les notions abordées par l’arrêt, ou encore la portée qu’il a eu, par exemple sur le droit positif…

Oubliez tous ces gens qui vous disent que réviser à la dernière minute va embrouiller votre esprit ou va vous faire oublier tout ce que vous avez appris !

Encore une fois, il ne s’agit pas ici de relire tout le cours, auquel cas vous risqueriez en effet de vous perdre dans des détails qui ne vous aideront pas une fois le nez devant votre copie.

Il s’agit au contraire de réviser intelligemment en revoyant le plan du cours, ou bien encore en relisant des fiches de révisions synthétiques.

 

Conseil n°2 pour réussir ses partiels : Soigner le plan et l’introduction

Laissez-moi vous parler d’un secret de polichinelle.

Bien souvent, les correcteurs de copies ne lisent pas tout ce que vous avez écrit. Ou du moins, ils lisent certaines parties en diagonale.

Comme tout le monde, je m’en étais toujours douté lorsque j’étais étudiant. Mais j’ai eu la confirmation de ce que je pensais une fois mes études terminées, lorsque certains de mes amis sont devenus chargés de TD.

Les correcteurs ont des dizaines et des dizaines (voire des centaines) de copies à corriger. Ils n’ont pas le temps de toutes les lire dans les moindres détails.

C’est pourquoi la plupart se contentent de survoler votre copie, et ne s’attardent réellement que sur deux éléments :

  • l’introduction. Parce que c’est la première chose qu’ils voient.
  • votre problématique et votre plan. Parce qu’après l’introduction, c’est tout simplement la deuxième chose qu’ils voient 😉

Comprenez bien qu’après avoir lu votre introduction et votre plan, le correcteur aura déjà une idée assez précise de la fourchette dans laquelle votre note va se situer.

Et sauf exceptions, la note qu’il vous attribuera se situera au final dans cette fourchette, car il gardera à l’esprit, tout au long de sa correction, la première impression qu’il se sera fait de votre copie.

Comme le dit si bien notre ami Harvey, les premières impressions durent !

comment réussir ses partiels

Même si vos développements sont extraordinairement pertinents et intéressants, vous n’aurez pas une super note si votre introduction et votre plan ne tiennent pas la route.

Alors n’hésitez pas à y passer du temps.

Pour votre introduction, je vous recommande de faire quelque chose de très “scolaire”. Une petite phrase d’accroche, en faisant notamment référence à un point d’actualité, fait toujours son effet et peut mettre le correcteur de bonne humeur. Le fait de définir les termes du sujet, dans le cas d’une dissertation, ou de situer l’arrêt historiquement et contextuellement, dans le cas d’un commentaire d’arrêt, montrent également au correcteur que vous avez à coeur de rendre un devoir de qualité.

Pour votre problématique et votre plan, il n’y a pas de secret : il faut bien y réfléchir, essayer de comprendre ce que le correcteur attend. Car oui, le correcteur a très souvent une idée de plan en tête avant d’attaquer sa correction. Tout simplement car dans la majorité des cas, il y’a une problématique et un plan logique qui se dégagent du sujet.

Ne cherchez pas à faire compliqué ! Les meilleurs plans sont généralement les plus simples.

Si vous avez du mal à trouver votre plan, je vous conseille d’utiliser la méthode du brainstorming. Il s’agit de noter sur une feuille toutes vos idées, comme elles vous viennent ! Notez tous les points qui ressortent de votre analyse, toutes vos connaissances en lien avec le sujet/l’arrêt.

Une fois cela fait, vous allez vous rendre compte que dans tout ce que vous avez noté, il y’a des points qu’il est possible de regrouper entre eux. Utilisez alors 4 surligneurs de couleur différentes et surlignez avec la même couleur les idées qui sont proches, qui traitent de la même notion ou qui visent à expliquer/démontrer le même point. L’idée est ensuite de classer les informations en deux parties et quatre sous-parties distinctes afin d’avoir votre plan.

Dans tous les cas, vous devez soigner vos titres. Ils ne doivent pas comporter de verbes conjugués, ou de forme interrogative ou exclamative. Ils ne doivent pas non plus être trop longs. Ils doivent au contraire être courts et percutants !

En principe, les titres doivent également se répondre : soit ils se ressemblent dans la formulation, soit ils s’opposent.

Nota Bene : Bien sûr, ce conseil n’a pas d’utilité pour un cas pratique. La réussite à l’épreuve du cas pratique fera l’objet d’un article dédié sur ce blog.

 

Conseil n°3 pour réussir ses partiels : Soigner la présentation et l’orthographe

Maîtriser la langue française est un prérequis pour réussir ses partiels de droit. Au lycée, vous pouviez encore vous permettre de laisser deux ou trois fautes dans vos copies. Mais à la fac de droit, ce n’est clairement plus possible !

Si vous ne soignez pas l’orthographe et la grammaire dans vos copies, vous prenez le risque de voir vos notes dégringoler ! Il est assez difficile de quantifier combien de points vous pouvez perdre, mais c’est assez significatif. Une copie truffée de fautes ne fait vraiment pas sérieux et, malheureusement, déprécie fortement la valeur de ce que vous avez écrit…

Ainsi, lors des examens, vous devez absolument vous relire avant de rendre votre copie. Personnellement, je me relisais deux fois : une fois pour vérifier le fond de ce que j’avais écrit (est-ce que tout fait bien sens et s’enchaîne logiquement ?), et une autre fois simplement pour traquer les fautes d’orthographe, de grammaire et de syntaxe. Ça prend 5 minutes, et ça évite de mettre le correcteur de très mauvaise humeur 😉

Si vous ne trouvez généralement pas le temps de vous relire à la fin des épreuves, n’hésitez pas à vous relire après chaque sous-partie par exemple. De cette manière, vous corrigerez les fautes au fur et à mesure. Et le fait de relire ce que vous venez d’écrire peut vous aider pour attaquer la sous-partie suivante en évitant les répétitions et en vous assurant que votre devoir suit bien un fil conducteur.

De même, la maîtrise du vocabulaire juridique est indispensable pour réussir ses partiels ! Si vous écrivez dans votre copie que « la loi stipule », vous allez rendre votre correcteur complètement furax et perdre de précieux points…

Ces petites erreurs de terminologie peuvent vous coûter la moyenne, alors faites bien attention à ce que vous écrivez 😉

Enfin, la présentation de votre copie est également importante.

Si ce que vous avez écrit est illisible ou presque, que votre copie ne comporte pas d’espaces, que vos titres ne sont pas soulignés… Vous allez faire passer au correcteur un mauvais moment ! Tout simplement.

Au contraire, si votre copie est propre et aérée, le correcteur sera sans doute plus enclin à vous mettre une bonne note.

 

Conseil n°4 pour réussir ses partiels : Donner une référence très récente

S’il y’a bien une chose qui peut vous faire gagner un ou deux points sur votre note, c’est de glisser dans votre copie une référence très récente, un point d’actualité brûlant.

Il peut s’agir de la promulgation très récente d’une loi, ou encore d’un arrêt qui a été rendu il y’a quelques jours ou quelques semaines.

En faisant cela, vous allez probablement rendre votre correcteur complètement gaga !

Et c’est normal. Votre correcteur, en tant qu’enseignant, ne pourra qu’apprécier que vous ayez fait l’effort de vous intéresser à l’actualité de la matière.

Dans son esprit, votre copie se différenciera instantanément des autres.

Cela suppose toutefois de se tenir un minimum informé de l’actualité juridique.

Pour cela, je vous conseille le super site Dalloz actualité, qui vous permettra de voir rapidement quelles sont les dernières actualités dans chaque matière.

Bien entendu, ne faites cela que si vous maîtrisez déjà parfaitement votre cours ou vos fiches de révisions !

Il s’agit d’une astuce à utiliser si vous vous sentez déjà prêt pour l’examen, et qui fera passer votre copie, par exemple, d’un 13 à un 14.

Mais rien ne sert d’essayer de connaître l’actualité juridique si vous ne connaissez même pas l’essentiel, c’est-à-dire votre cours !

Alors pour ceux qui sont à l’arrache, ne perdez pas de temps et concentrez-vous sur votre cours 😉

 

Conseil n°5 pour réussir ses partiels : Savoir se servir de son code

réussir ses partiels avec son code

Ceci n’est pas votre ennemi !

Si vous savez que vous aurez droit au code le jour du partiel, alors il faut bien évidemment vous préparer à utiliser ce code.

Car si vous débarquez le jour du partiel sans jamais avoir ouvert votre code, vous allez perdre un temps considérable !

Pour cela, je vous recommande de réviser votre partiel avec votre code.

Attention, je ne vous dis pas de réviser votre partiel uniquement avec votre code, mais plutôt d’utiliser votre code en appui de votre cours.

Ainsi, lorsque votre cours ou vos fiches de révisions font par exemple référence à un article du code, n’hésitez pas à aller voir cet article dans votre code.

Vous pouvez également, lorsque vous souhaitez approfondir vos connaissances sur une notion, aller rechercher cette notion dans l’index à la fin du code, qui vous renverra alors sur les articles du code qui traitent de cette notion.

Pour les articles importants, il peut être également utile de :

  • mettre des post-it. Cela vous fera gagner du temps le jour du partiel si vous voulez les retrouver.
  • parcourir les arrêts cités sous ces articles. Car oui Mesdames et Messieurs, vous devez avoir conscience qu’il y’a, sous la majorité des articles de votre code, un certain nombre de jurisprudences qui sont mentionnées et qui complètent les articles de loi. Ces jurisprudences sont accompagnées d’explications qui peuvent représenter pour vous une mine d’or le jour de l’examen.

De manière générale, si vous avez l’habitude d’utiliser votre code, il ne fait aucun doute que vous retrouverez beaucoup plus rapidement les différentes informations dont vous aurez besoin le jour du partiel.

Et en partiel, gagner du temps, c’est gagner des points 😉

 

Conclusion

J’espère de tout coeur que ces conseils vous aideront à réussir vos partiels.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le partager 😉

A bientôt pour de nouveaux conseils, et bonne chance pour vos partiels !

Maxime

 


VOUS VOULEZ RÉUSSIR VOS ETUDES DE DROIT ?



RECEVEZ LE GUIDE OFFERT LES 15 RÈGLES D'OR POUR RÉUSSIR SES ÉTUDES DE DROIT !

Entrez simplement votre adresse e-mail et cliquez sur le bouton vert ci-dessous :

Répondre

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *