Pourquoi devenir avocat : 4 bonnes raisons !

le 29 août 2020

devenir avocat

Vous les voyez vous aussi, ces jeunes L1 Droit arpentant les couloirs de l’université avec leur trench Burberry, leur MacBook Pro et leurs petits mocassins à glands.

De jeunes loups qui se rêvent avocats…

Avocat d’affaires pour certains, avocat pénaliste pour d’autres, avocat « à l’international » pour les plus téméraires…

Parmi la masse d’étudiants en droit, beaucoup veulent devenir avocats.

Mais ont-ils de bonnes raisons ? Savent-ils réellement ce qu’est et ce que fait un avocat ?

Au fond, pourquoi devenir avocat ?

Je m’appelle Maxime Bizeau, et je suis avocat de formation, diplômé de l’école d’avocats du Barreau de Paris.

Dans cet article, je vais vous partager les 4 raisons qui, à mon sens, devraient vous pousser à devenir avocat.

Vous pouvez également consulter mon article dans lequel j’explique comment devenir avocat !

On commence avec la première raison de devenir avocat (c’est à mon sens la plus importante) !

 

Pourquoi devenir avocat : un métier stimulant intellectuellement

C’est évidemment la première raison qui doit vous pousser à devenir avocat !

En étant avocat, vous serez quotidiennement mis au défi. Que vous fassiez du conseil ou du contentieux, vos clients viendront vous voir avec des problèmes, et il vous faudra résoudre ces problèmes.

Si vous faites du conseil, vos clients viendront requérir vos services afin que vous les aidiez à réaliser telle ou telle opération. Vous devrez alors vous creuser les méninges (et parfois faire de longues recherches !), manier les différents mécanismes et concepts juridiques afin de trouver dans le droit les ressources adéquates pour leur permettre de réaliser leurs projets.

Si vous faites du contentieux, vos clients vous mettront à disposition un certain nombre de pièces correspondant à une affaire. Il vous faudra alors essayer de « trouver la faille » et d’utiliser au mieux le droit à l’avantage de votre client, en vous appuyant sur les dispositions légales et les jurisprudences qui servent au mieux les intérêts de votre client.

Parfois, ce sera pour vous relativement simple car vous aurez déjà fait face à ce type de situations par le passé. Mais dans de nombreux cas, il s’agira d’un problème nouveau, ou différent de ceux que vous avez traité jusqu’à présent.

C’est pourquoi la profession d’avocat est profondément intellectuelle. Un avocat passe une bonne partie de sa journée à chercher, réfléchir, etc… Si vous aimez la difficulté et la complexité, alors c’est peut-être un métier pour vous 😉

 

Pourquoi devenir avocat : un métier de communication

Deuxième raison, et non des moindres ! Le métier d’avocat est un métier de communication.

C’est surtout vrai pour les avocats qui font du contentieux, qui plaident. Car oui, tous les avocats ne plaident pas ! Si vous vous intéressez au métier d’avocat, vous le savez probablement déjà. Mais si ce n’est pas la cas, je vous invite à vous renseigner davantage 🙂 Par exemple, étant spécialisé en fusions-acquisitions, je n’ai jamais mis les pieds au tribunal.

J’ai toutefois pu assister à des plaidoiries, et ai également endossé le rôle d’avocat plaidant dans le cadre des exercices de plaidoirie à l’école d’avocats.

Je peux dire qu’il s’agit d’un exercice formidable. Un peu comme un moment hors du temps, durant lequel vous porter la voix du justiciable, seul face au(x) magistrat(s). Vous avez 10 petites minutes pour défendre au mieux les intérêts de votre client, en sachant bien que sa vie va peut-être changer en fonction de votre prestation. Vous devez alors faire tout votre possible pour convaincre le(s) magistrat(s) de basculer vers votre thèse. C’est un exercice extrêmement stimulant !

Mais en tant qu’avocat-conseil, vous ne serez pas en reste ! Il s’agit également d’un métier de communication car vous serez quotidiennement en contact avec vos clients afin de débriefer, expliquer, réfléchir et trouver des solutions ensemble…

Voilà pourquoi le métier d’avocat est un métier de communication ! Si vous n’aimez pas communiquer, vous n’êtes peut-être pas fait pour ça…

Encore une fois, si vous voulez devenir avocat car vous souhaitez plaider devant les tribunaux, gardez bien en tête que vous ne pourrez pas le faire dans tous les cabinets et dans toutes les spécialités. A titre d’exemple, il est peut-être préférable pour vous de vous orienter vers un master droit privé plutôt que vers un master droit des affaires (bien qu’il soit possible de plaider en tant qu’avocat spécialisé en droit des affaires, notamment en droit social, droit de la concurrence, propriété intellectuelle, etc…).

 

Pourquoi devenir avocat : un métier reconnu

Attention ! Je ne parle pas ici du prestige de la profession.

Beaucoup d’étudiants veulent devenir avocat en grande partie car ils sont fascinés par le prestige que recouvre la profession.

Dans l’inconscient collectif, porter la robe est un signe de réussite sociale et donne une certaine aura.

Mais il s’agit pour moi d’une mauvaise raison de devenir avocat !

Vouloir être admiré par les autres peut être une de vos sources de motivation sur le court terme. Mais vous ne pourrez pas vous épanouir pleinement dans le métier d’avocat simplement en vous complaisant dans le prestige associé à la profession.

Non, quand je parle de reconnaissance, je parle de la reconnaissance des clients ! Et ça, c’est beaucoup plus important !

Défendre les intérêts de son client, lui permettre de réaliser un projet important, d’obtenir ce qu’il souhaite… Plus encore : gagner un procès, obtenir sa non-condamnation (ou la condamnation de la partie adverse), sauver sa vie…

Autant de raisons qui pourront pousser vos clients à faire preuve de reconnaissance envers vous. Il n’est pas rare de voir des scènes de remerciements extrêmement touchantes entre clients et avocats.

Pourquoi devenir avocat ? Tout simplement parce que voir que l’on a aidé son prochain, que l’on a été utile, voir les clients nous remercier chaleureusement pour notre aide… peut procurer un très fort sentiment d’accomplissement ! Et ça, c’est une bonne raison de vouloir devenir avocat !

 

Pourquoi devenir avocat : un métier dans lequel on est indépendant

Selon l’article 14.1 du Règlement Intérieur National (RIN) de la profession d’avocat, « la collaboration libérale est un mode d’exercice professionnel exclusif de tout lien de subordination, par lequel un avocat consacre une partie de son activité au cabinet d’un ou plusieurs avocats. Le collaborateur libéral peut compléter sa formation et peut constituer et développer une clientèle personnelle. »

Cela signifie concrètement que le cabinet dans lequel vous travaillez doit vous permettre de travailler pour vos propres clients en plus de ceux du cabinet. C’est une des forces de ce métier : vous pouvez vous constituer votre propre base de clients. La profession d’avocat comporte donc en elle-même un aspect entrepreneurial.

Bien entendu, ce principe d’indépendance est plus ou moins respecté selon le type de structures dans lequel vous exercez. Dans certains gros cabinets, on ne vous laissera en réalité pas le temps matériel de développer votre clientèle personnelle. Alors s’il s’agit de quelque chose d’important pour vous, veillez à bien choisir votre cabinet, et n’hésitez pas à privilégier les plus petites structures dans lesquelles vous aurez un peu plus de de temps libre pour développer votre activité.

 

Conclusion

J’espère que cet article vous aura aidé à y voir plus clair sur le métier d’avocat.

En attendant, pour ceux qui sont déterminés à y arriver, chaque chose en son temps !

Restez motivés, et révisez bien vos partiels 😉

Partager :

Articles similaires :

Je m’appelle Maxime Bizeau, et je suis avocat de formation, diplômé de l’école d’avocats du Barreau de Paris.

Après mon bac, je me suis lancé dans l’aventure de la licence de droit.

Mais très vite, je me suis senti submergé par la charge de travail et la désorganisation qui régnait à la fac.

Je n’arrivais pas à comprendre ce que les profs attendaient de moi, et à m’organiser pour travailler efficacement.

Mes résultats étaient irréguliers, et pas à la hauteur de mes espérances.

J’ai alors décidé de me prendre en main et grâce à une organisation efficace et à une méthode de travail originale, mes résultats se sont considérablement améliorés.

J’ai finalement validé ma licence avec mention (plus de 13 de moyenne) et mon master 1 en droit des affaires avec près de 15 de moyenne.

Ces bons résultats m’ont ouvert les portes d’un prestigieux master 2 de droit financier à la Sorbonne à Paris, et des plus grands cabinets d’avocats d’affaires internationaux.

J’ai ainsi pu travailler dans des cabinets anglo-saxons très réputés à Paris, avec des gens brillants, sur des dossiers passionnants, et dans des conditions optimales.

A travers ce blog, je souhaite aider un maximum d’étudiants en droit à atteindre leurs objectifs.

  • Koubadianga Rich brheme dit :

    Salut Maxime, merci pour vos conseils

  • Méthode MUTABAZI dit :

    merci beaucoup Maxime pour ces quatre raisons extraordinnaires

  • Dymar PANGOU dit :

    Bonjour et merci beaucoup pour ces conseils

  • HONORÉ FAKAGE dit :

    Bonjour Maxime. Merci pour vos conseils.

  • ATIN Luc Bédel Armand dit :

    Propre comme travail.

  • NDZOULOU Charles dit :

    Merci pour ces conseils formidable car nous avions souvent des embarras de choix dans la suite de nos professions

  • Kameni Andréa dit :

    Merci pour ces conseils formidable car avant jamais une vision un peu floue de la profession d’avocat.

  • {"email":"Email address invalid","url":"Website address invalid","required":"Required field missing"}
    >